Les Plumes à l’école !

Les Plumes Indépendantes sont retournées à l’école ! Et pour cela, le recueil de nouvelles « Il était une plume… » a voyagé jusqu’à Ouagadougou (Burkina Faso). Retour sur ce passionnant projet par celle qui en fut l’instigatrice : Fanny Bernard.

 

« J’ai la chance d’être à la fois enseignante dans les Lycées Français de l’Etranger (de Français et de théâtre) et romancière hybride.

Depuis mon entrée dans l’association Les Plumes Indépendantes et depuis que je me familiarise avec les œuvres autoéditées, je découvre la richesse de ce milieu ainsi que l’intérêt de diffuser ces écrits au maximum. Surtout chez les ados qui pensent souvent que l’école les contraint à lire des auteurs « morts et très loin de leur monde. » (sic.)

C’est donc tout naturellement que j’ai proposé en octobre 2018, une séquence de travail sur le recueil : « Il était une plume… » à mes élèves de 2nde du Lycée Français St Exupéry de Ouagadougou au Burkina Faso.

Cette séquence avait été validée par l’ensemble de l’association, tous les membres s’étant montrés enthousiastes à l’idée de partager cette expérience. Du côté de mes élèves, le projet les a interpellés, mais l’engouement n’a pas été aussi spectaculaire ! Heureusement, leur intérêt est allé crescendo.

Cette séquence s’est insérée dans l’objet d’étude sur le roman et la nouvelle. Après des analyses de textes plus « classiques », nous avons découvert le fameux recueil de littérature indépendante.

Dans la première séance, il s’est agi d’analyser la première de couverture avec ses multiples plumes. Les élèves ont travaillé sur la polysémie de ce mot tout comme nous l’avions fait, nous, les membres de l’Association lorsque nous avions écrit nos nouvelles. La plume de G ! avec sa citrouille a remporté un franc succès chez les élèves ! Nous avons aussi lu la quatrième de couverture et discuté de l’importance de celle-ci. Il a été facile pour les élèves de deviner le contenu du recueil : des nouvelles sur le thème de la plume car le paratexte est très clair grâce au travail de Loli Artésia et Erika Boyer.

Ensuite, les élèves se sont répartis en groupes de deux ou trois et ont sélectionné une des nouvelles du recueil grâce au sommaire que je leur ai présenté. Ils ont lu les textes et les ont présentés à la séance suivante en réalisant un portrait chinois. Ils devaient trouver un son, une couleur et un objet emblématiques, un mot-clé, un registre, un adjectif pour caractériser le style de chaque nouvelle. Ils pouvaient aussi relever leurs phrases préférées et leurs passages détestés dans les textes des Plumes Indépendantes.

Nous avons vécu une séance très agréable et riche. J’ai été parfois surprise de leurs réactions. Par exemple, certaines nouvelles étaient d’un style littéraire très pointu voire exigeant avec un niveau de langue très soutenu et je m’attendais à plus de difficulté de lecture. La majorité des élèves a apprécié les nouvelles qu’ils avaient choisies, mais ils restaient à ce moment-là encore un peu détachés du projet.

C’est lorsqu’ils ont pris la plume en main que leur enthousiasme est devenu débordant ! En effet, je leur ai proposé d’organiser un concours de plume dans la classe. La consigne consistait à fabriquer leur propre nouvelle sur le thème de la plume en s’inspirant des textes qu’ils avaient étudiés. Ils devaient reprendre un des éléments au moins du portrait chinois et le réinvestir dans leurs propres textes. Par exemple, ils pouvaient reproduire le style, utiliser un mot-clé, réinvestir un registre (comique, lyrique, absurde, élégiaque). Ils n’ont eu que deux heures pour rédiger leurs textes toujours par petits groupes. Ils ont travaillé de façon dynamique et enjouée. C’est avec un grand plaisir que j’ai découvert leurs productions, toute d’une qualité certaine. Le recueil les avait transportés et cette expérience les avait aidés à s’approprier sereinement la plume !

À la dernière séance, je leur ai proposé une mise en voix de leurs textes que j’avais corrigés au préalable. Les élèves avaient pour mission d’écouter et d’élire les trois meilleures plumes de la classe. La plus fidèle à son modèle, la plus originale, la plus stylée. (Ce qui équivalait à celle montrant le style d’écriture le plus recherché.) Trois groupes se sont rapidement détachés des autres mais toutes les productions ont été appréciées par l’ensemble de la classe.

Le prix de la plume la plus fidèle a été attribué à Ketsia, Mariam et Sarah pour leur « Lettre indésirable » inspirée de « Lettres en héritage » d’Agnès de Cize. Ces adolescentes ont su réinvestir l’angoisse, le mystère et l’atmosphère pesante dans leur histoire qui jouait sur une double temporalité comme celle de leur modèle. On pouvait entendre les mêmes hurlements du vent que dans la nouvelle modèle. On y reconnaissait un traumatisme également. Et la chute a laissé la classe sans voix. Du travail d’orfèvre !

La plume la plus originale a récompensé  « Coup de plume, coup d’enclume » de Eloïse et Welly. Elles travaillaient à partir de « Échos » d’Antoine Delouhans. Celles-ci se sont libérées de la nouvelle qui leur servait de référence en la transformant en une histoire d’amour surprenante. Douce-amère. Qui a fait sourire la classe et suscité des interrogations. Elles se sont appliquées à jouer sur les expressions idiomatiques contenant le mot « plume », ce qui confère à leur histoire une certaine dimension poétique. Un petit bijou !

Enfin, c’est « La Plume rebelle » de Pierre Thiry qui a servi de base de travail à Sophia et Mélanie qui ont remporté le prix de la plume la plus stylée avec leur version inédite : « Plumelle ». En utilisant l’atmosphère de fable, le genre du conte qui leur avait plu dans le texte de Pierre Thiry, elles ont imaginé deux sœurs qui fascinent un village. La chute est inénarrable et a crée une explosion de rire chez leurs camarades. Nous étions épatés.

Les trois groupes ont chacun remporté un recueil des Plumes indépendantes que je leur ai daté et signé. Cela constituera un excellent souvenir de ce projet.

Pour finir en beauté, avec la permission de la majorité des groupes et de mes collègues de l’asso, j’ai transmis chaque nouvelle des élèves à l’auteur concerné qui avait servi de muse. Quel bonheur de lire leurs retours ! Quelle fierté pour mes élèves et moi de savoir que leurs textes ont plu à mes camarades auteurs qui ont pris le temps de leur répondre avec bienveillance !

Voilà donc une expérience pleine d’émotion qui a permis de prouver à la nouvelle génération que non, la littérature n’est pas morte et que oui ils sont capables du meilleur lorsqu’ils font de leur mieux ! Je tiens donc à remercier chaleureusement mes élèves ainsi que les adhérents des Plumes Indépendantes qui ont rendu ce projet stimulant. »

 

Nous remercions vivement Fanny, toute sa classe ainsi que le Lycée de Ouagadougou pour avoir permis de réaliser ce beau projet !

Voici maintenant les textes des lauréats, qui sont d’une grande qualité !

La plume la plus fidèle : Lettre indésirable

La plume la plus originale : Coup de plume, coup d’enclume

La plume la plus stylée : Plumelle

 

2 réponses sur “Les Plumes à l’école !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *