Vos Personnages et Vous… 10 – Christopher Evrard

17 juillet 2019

 « Vos Personnages Et Vous… »
Christopher Evrard

 

Aujourd’hui, ce sera notre dixième rendez-vous ! Le temps file, les plumes continuent de se succéder et il nous reste encore de nombreuses rencontres avant la fin de l’année. Notre second auteur de juillet s’appelle Christopher Evrard, son genre de prédilection semble être le fantastique et il travaille actuellement sur un long projet, la saga « Les Royaumes Démoniaques » dont le premier tome est sorti en septembre 2018. C’est avec Ciwen, le personnage principal, et Taskem, un nain des montagnes, que Christopher est venu répondre à mes questions.

Merci d’avoir accepté de participer à cette interview un peu différente ! Prêt?

Toujours, et je suis curieux de voir ces questions « différentes » du coup 🙂

 

— Vous vivez une histoire d’amour avec un de vos personnages, lequel ?

Oulah. Euh. Honnêtement je ne dirais personne car je connais mes persos trop bien, sont tous insupportables à leur façon. Après pour jouer le jeu, je dirais Ciwen, le personnage principal, pour son côté franc et cash. Au moins y aura pas de sous-entendus ou que sais-je. Ou Torhwa, l’araignée géante, pour son côté affectueux, tendre, elle sait prendre soin des gens qu’elle aime.

 

— Il/elle finit par vous quitter, vous vous confiez à qui ?

Dans les deux cas je vais voir Taskem,  le nain dans sa montagne, il ira leur botter le cul à tous les deux, et les engueulerait pour avoir fait n’importe quoi.

 

— Vous avez bouclé tous vos textes en cours, vous vous offrez donc une pause bien méritée ! Vous vous échappez où et avec qui ?

Déjà je reste chez moi car j’aime pas trop voyager, ça c’est clair, et ensuite je pense que j’irais chez Taskem, faire la marmotte, à juste manger, boire, me détendre.

 

— Votre vie est en danger, vous ne pouvez contacter qu’un et un seul de vos personnages pour qu’il vous sauve. Vous appelez qui ?

Torhwa, ou Taskem. Encore. Dans le (les bientôt) roman, ils remuent ciel et terre quand quelque chose leur tient à cœur. Ciwen aussi, mais lui y aurait pas mal de dégâts collatéraux (rire).

 

— Vous trouvez un chaton blessé et abandonné, vous ne pouvez pas le garder. Vous le confiez à qui ?

Je dirais Ciwen, car il a déjà fait plus ou moins ce genre de chose, sinon Olivia,  l’ondine, qui mine de rien a un grand cœur.

 

— Ambiance plus noire, vous sombrez du côté obscur. Qui serai(en)t le(s) parfait(s) acolyte(s) pour commettre un crime ?

Qarluxis, définitivement.  Je crois qu’ensemble on contrôlerait le monde, mais après, comme les siths de Star Wars, je devrais me battre avec lui pour pas qu’il me pique ma part.

 

— Vous décidez de changer totalement d’univers, vous réécrivez votre ouvrage en prenant un genre diamétralement opposé. (ex: une romance devient un roman d’horreur, un feel-good vire  au drame) Que devient votre personnage principal?

Du coup ça fait que mon univers devient un genre de comédie romantico-dramatique ?
Je verrais bien Ciwen en pure drama queen totalement insupportable à se plaindre sans arrêt tiens.

 

— Disney adapte votre roman en dessin animé (si, si, je vous assure). Seule exigence des studios, adaptation façon Robin des Bois : tous les personnages deviennent des animaux ! Ça donne quoi ?

Bon je vais pas faire tous les persos car y en a trop, mais en gros :
Ciwen serait un aigle, Taskem un sanglier, Torhwa… c’est déjà une araignée, Olivia serait une grenouille, Qarluxis serait un vautour, Soluéral (roi elfe) un faucon, Osaïas (un sage ondin âgé) une tortue, Kala serait une mante religieuse, Atmek serait un requin, Lohengrim serait un loup, et Mualtir… c’est déjà un dragon.

 

— On organise un casting pour un calendrier pour l’an prochain. Thème : les péchés capitaux. Un de vos personnages décide de tenter sa chance : il auditionne pour lequel ?

Ciwen serait la colère

Qarluxis serait l’orgueil

Olivia serait l’envie

Taskem serait la gourmandise

Torhwa serait l’avarice

Soluéral serait la luxure

Mualtir serait la paresse

 

— Si ce n’est pas déjà le cas, la fin d’un de vos romans vire au conte de fées. Dernière phrase : ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Qui y a droit ?

Ciwen, car il le mérite plus que n’importe qui. Olivia serait seconde de peu.

 

— Et puisque nous en sommes aux fins, pensez-vous que certains de vos personnages auraient aimé avoir une histoire qui se termine totalement différemment ?

Tous mes persos je crois. Je n’épargne pas mes personnages, mon histoire est rude, l’univers dans lequel ils évoluent n’a pas de pitié. Je pense qu’aucun n’a le destin qu’il souhaite, et c’est l’un des thèmes, se débattre dans le noir, face à des ombres, en proie à l’amertume des souvenirs et des désirs perdus.

 

— Un dernier mot ?

Ne cessez jamais de rêver, ne cessez jamais de créer, et merci pour cette interview en effet originale 🙂

 

Merci à Christopher de s’être prêté au jeu ! Si vous désirez en apprendre davantage sur cette saga et ses personnages, je vous invite à aller déambuler sur sa page auteur que vous trouverez juste ici.

Vous et moi, nous poursuivrons l’été ensemble et nous nous retrouverons, je l’espère, en août, le 07, avec Chris Red.

 

Au plaisir, 

Flore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *